Moi, Stéphanie, 1m25...

J’ai fait ma place dans une société qui est de plus en plus compétitive et parfois stigmatisante.

Et j’ai plusieurs fois entendu dire : « tu as un parcours qui peut être un exemple… »

De petite taille, tout est concentré en 1m25, j’ai dû dépasser des limites imposées par la société.

Si mon parcours peut être un exemple, c’est parce que j’ai grandi – si, si, un peu quand même – dans l’idée que la seule limite, c’est celle que je me mets.

Parce que j’ai foi en moi, ce que certain voit comme une différence, je le considère comme une force.


  • Diversité

Entrée dans le monde professionnel en 1995, à l’heure où personne ne parlait diversité, à peine de l’inclusion ou de parité, et tout juste de handicap.

J’ai fait ma place sans me considérer en marge : Je me sentais comme tout le monde.

A cette époque, la société professionnelle m’a étiqueté « différente » : handicapée ou pas dans la norme, ne correspondant pas aux standards. Pas que j’en ai fait un étendard, loin de là, parce que mon éducation n’a pas cultivé cette différence et mais elle ne m’a pas non plus enfermée.

  • Des études de tourisme à une époque où avoir une présentation « d’hôtesse de l’air » était encore considérée comme un prérequis. « Femme sous toutes ses formes ! »

  • Le contact avec le public quand on est haute comme trois pommes ? « Si on ne me voit pas, on m’entend ! »

  • Gérer des équipes opérationnelles de 10, 50 ou 80 personnes sans craindre le manque d’autorité. « Elle a tout d’une grande ! » (Je remercie la marque au losange d’avoir créé un slogan pareil ! 😊)

  • Porter des responsabilités à engagement financier élevé en ayant du crédit. « Est-ce que la taille compte, hormis celle du portefeuille ? »

Parce que tout est dans ma tête : Je me tiens debout parce j’ai des valeurs fortes. Détermination, persévérance, courage, respect, … entourées de compétences !

  • Leader

Ce qui ressortait à chacun de mes profils de personnalité : je suis une battante, une meneuse,.

Parce que la vie m’a appris qu’il faut faire preuve de débrouillardise, et ne pas attendre que les autres choisissent pour moi. Mais aussi parce j’aime la liberté, ma liberté. C’est donc spontanément que je me suis retrouvée à mener pour ne pas subir.

Être un leader, c’est d'abord avoir grandi dans la confiance de son entourage, celle qui nous pense capable de tout. Celle qui nous laisse grandir dans un espace de liberté et d’expérimentations. Celle qui nous autorise toutes les audaces. Celle qui nous a laissé rêver en grand, sans censure ni limite.

C’est aussi avoir grandi dans l’amour qui nous permet de développer son estime de soi, parce que grandir en étant aimé offre la capacité à s’aimer soi-même et à aimer les autres.

Pour mener des femmes et des hommes, il faut les aimer.

  • Femme

Comme tous les adolescents, l’appropriation de ce corps qui change pour devenir femme est un chemin fait de questions parfois de frustrations. Peut-être le plus difficile, selon l’éducation reçue et une fois confrontée au regard attendu du bien-aimé. Des échecs qui façonnent mais qui disent aussi « tu vaux bien plus que ça! »

Être une femme, ce n’est pas qu’une personne genrée, c’est aussi des émotions : Joie, passion, rires, tristesse, colère et mélancolie parfois. Et une capacité naturelle pour communiquer : empathie, attention, écoute, douceur…

  • Entrepreneur

Tout ça fait bien une cheffe d’entreprise, non ?!

La confiance en soi, la liberté d’entreprendre, les émotions du challenge, les mots pour convaincre.

L’égalité de l’humain.

Pour choisir, pour décider, pour accompagner, pour gagner.


Je suis diversité,

Je suis femme,

Je suis leader,

Je suis entrepreneur.


Et vous ?


#diversité#femme#leader#entrepreneur#plafonddeverre#coaching#carrière





0 vue0 commentaire