Comment être aligné(e) avec les niveaux logiques de Dilts ?


Voici quelques questions qui vous aideront à savoir si vous êtes aligné(e) ou non :

  • Vous sentez-vous comme “décalé(e)” avec votre environnement ?

  • Avez-vous l’impression de ne pas être à votre place au travail, à l’école ou chez vous ?

  • Ou bien ressentez-vous que vous méritez mieux dans la vie ?

Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, alors il se pourrait bien que vous ayez un problème d’alignement entre vos niveaux logiques. Être aligné(e) signifie agir et être cohérent avec soi, donc à tous tous les niveaux.

Qu’est-ce que les niveaux logiques ?

D’après Robert Dilts, qui a repris les travaux sur les niveaux d’apprentissage de l’anthropologue Gregory Bateson, nous sommes psychologiquement organisés en niveaux logiques, des ensembles de processus qui influent les uns sur les autres de manière hiérarchique.

Chaque niveau logique joue un rôle clairement défini, de même qu’il organise et dirige les interactions qui se produisent au niveau immédiatement en dessous. Ainsi, en changeant nos croyances nous changeons également nos capacités, nos comportements et finalement notre environnement (entourage).

Il existe 6 niveaux logiques dans la Pyramide de Dilts : l’Environnement, le Comportement, les Capacités, les Croyances/Valeurs, l’Identité et le Sens, chacun répondant à une question bien précise.

Pour mieux comprendre le concept, voici un exemple tiré de Sleight of Mouth de Robert Dilts :

  1. Cet objet dans votre environnement est dangereux. [Environnement]

  2. Vos actions dans ce contexte sont dangereuses. [Comportement]

  3. Votre incapacité à analyser la situation est dangereuse. [Capacité]

  4. Vos croyances et valeurs sont dangereuses. [Croyances/Valeurs]

  5. Vous êtes dangereux. [Identité]

  6. Votre religion/philosophie est dangereuse. [Sens]

Imaginez-vous entendre dire cela ? Émotionnellement, vous vous sentez de plus en plus affecté(e) par chaque phrase. Comme si chacune d’entre elles vous touchait de plus en plus profondément. Effectivement, dire à quelqu’un que “son comportement dans une situation est dangereux”, est moins fort que de dire “qu’il est dangereux”.

Comment cela s’articule ? Pour mieux comprendre, regardons plus en détail chacun des 6 niveaux logiques.

N°1 : L’Environnement

C’est notre entourage, les gens que nous rencontrons et les lieux et événements auxquels nous réagissons. Tout notre Environnement détermine le contexte et les contraintes sous lesquelles nous pourrons agir.

Ici, nous avons un premier pouvoir sur cet environnement : Nous pouvons choisir avec qui entretenir des relations et qui écarter ; nous pouvons aussi déménager de lieu si notre quartier/ville/pays ne nous plaît plus.

Notre Environnement est aussi ce terreau dans lequel toutes nos idées et créations mentales (architecture, technologies, système économique/politique) prennent vie matériellement. Il forme cette toile qui nous connecte aux autres de manière interdépendante.

Au niveau de l’entreprise, ce sont par exemple les lieux de travail, le design et la communication interne.

Pour un étudiant, son Environnement serait ses relations avec ses camarades de classe, son école, son chez-soi et sa famille. C’est tout ce qui l’entoure et avec quoi il interagit.

Ce niveau répond aux questions liées à l’espace-temps : Où et quand ?

  • Par exemple : Où et quand je désire atteindre cet objectif particulier ? (Point de vue orienté solution) Où et quand ai-je réagi dans ma problématique actuelle ? (Point de vue orienté problème)

N°2 : Le Comportement

Ce niveau correspond aux actions et attitudes mises en œuvre dans notre Environnement, indépendamment de nos compétences. C’est ce que l’individu fait concrètement dans la société, ses routines, ses habitudes de travail, etc.

Ce niveau logique est aussi le premier visible (et le premier pointé du doigt), dès qu’un problème survient même si le problème se situe en réalité à des niveaux logiques supérieurs. D’ailleurs, c’est souvent à ce niveau que l’on opère les premiers changements sans trop d’investissement.

Au niveau d’une entreprise cela peut être, par exemple, les procédures et tâches données à chacun.

Si l’on reprend l’exemple de l’étudiant, son Comportement est ce qu’il fait, c’est-à-dire étudier, s’entraider avec ses camarades lors de travaux communs, pratiquer du sport pendant ses temps libres, etc.

Ce niveau répond aux questions liées à l’action : Quoi, et plus spécifiquement quoi faire ?

  • Par exemple : Que dois-je faire pour atteindre mon objectif ? Qu’ai-je fais dans mon problème actuel ?

N°3 : Les Capacités

Il s’agit de l’ensemble des compétences dont nous disposons et qui sont indispensables pour produire nos comportements selon l’environnement dans lequel nous nous trouvons. C’est le niveau des stratégies et savoir-faire.


Parmi toutes nos capacités, c’est bien celle “d’apprendre” qui est la plus essentielle, car c’est elle qui permet de cultiver toutes les autres capacités dans notre vie. C’est aussi ce niveau logique qui nous permet de nous perfectionner dans nos tâches (Comportement).

Dans le monde de l’entreprise, ce sont les infrastructures disponibles pour soutenir la communication, l’innovation, la planification et la prise de décision entre les différents acteurs dans l’organisation.

Les Capacités d’un étudiant seraient ainsi sa capacité à se concentrer pendant ses révisions, à prendre des notes, à gérer son temps, et à apprendre ou mémoriser ses cours.

Ce niveau répond aux questions liées à l’analyse et la décision : Comment ?

  • Par exemple : Comment faire tel comportement dans tel environnement pour atteindre mon objectif ? Comment ai-je produit cette action dans ma problématique actuelle ?

N°4 : Les Croyances et Valeurs

Les niveaux inférieurs sont modelés par nos Croyances et Valeurs.


Nos croyances sont des représentations subjectives de notre réalité que nous pensons vraies en toutes circonstances, à la fois sur soi et le monde qui nous entoure : c’est notre perception du monde. Par exemple, de croire que “le vendredi 13 j’ai plus de chances de gagner au loto”, mais aussi “je suis obligé(e) de dire oui à tout le monde sinon je serai mal vu(e)”.


Il est important de comprendre les croyances comme les fondations de notre psychisme. Certaines sont essentielles car elles forment les “murs porteurs” de notre personnalité actuelle et resteront presque immuables, tandis que d’autres sont plus superficielles et évolueront avec le temps et l’expérience.

Cependant, nous nous arrangeons souvent pour ne jamais remettre en question ces croyances par nous-mêmes, car celles-ci définissent nos permissions et nos limites que nous nous accordons dans les niveaux inférieurs.

Les Valeurs désignent des notions auxquelles nous adhérons fondamentalement et selon lesquelles nous évaluons le monde qui nous entoure. Elles sont aussi la source de nos motivations qui nous poussent à poursuivre nos objectifs.

Cela peut être par exemple, une personne qui a horreur du mensonge. Pour elle, la valeur “honnêteté” est donc très importante. Ainsi, à l'aune de la vérité, sa valeur sera satisfaite et elle pourra elle-même en tirer satisfaction en exprimant tout haut ce que nous pensons tous tout bas. A l’inverse, si le mensonge est avéré, cette valeur sera insatisfaite et produira chez cette même personne du dégoût et de la colère.

Les Croyances et les Valeurs interagissent souvent entre elles, d’où le fait qu’elles partagent le même niveau logique. Voici un autre exemple pour illustrer cela : Si nous nous croyons incapable d’apprendre [Croyance], parce que nous sommes trop vieux [Valeur “jeunesse” insatisfaite] ou trop bête [Valeur “intelligence” insatisfaite], nous allons saboter nos capacités d’apprentissage.

Dans les entreprises, c’est souvent ce que l’on appelle la “culture” de l’entreprise dans lesquels les employés baignent et qui façonne leur manière de percevoir leur travail, ainsi que la portée de leurs tâches quotidiennes.

Du côté de notre étudiant, ses Croyances/Valeurs seraient l’importance qu’il accorde à ses études, s’il croit qu’elles sont importantes pour lui et son avenir, si être studieux et attentif font partie de ses valeurs.

Ce niveau répond aux questions liées à la raison de nos comportements : les croyances répondent à la question “Pourquoi ?“ et les valeurs répondent à la question “Pour quoi ?“.

  • Par exemple : Pourquoi (pour quoi) voudrais-je atteindre cet objectif ? Pourquoi (ou pour quoi) ai-je cette difficulté ?

N°5 : L’Identité

L’identité d’une personne est le socle de son existence. C’est le “Qui” derrière le Où, Quand, Comment, Pourquoi (Pour quoi). C’est le sentiment d’unicité que nous avons intérieurement, et qui nous pousse à rester identique et cohérent vis-à-vis de nous-même tout le long de notre vie.

C’est aussi la représentation interne que nous avons de nous-même qui influence tous les autres niveaux logiques. Cette image ou représentation de nous-même, n’est pas la même dans tous les contextes. Nous endossons tous plusieurs “casquettes”. Par exemple votre identité de fille ou fils est différente de celle de salarié(e) ou encore de celle de père ou mère, mais elles se complètent entre elles. Un peu comme un prisme où s’exprime toutes les couleurs au fil des rôles que nous endossons dans notre existence et qui ensemble forment notre identité. Ce faisceau nous amène à nous diriger vers notre mission de vie, qu'est ce que nous voulons accomplir dans le monde, dans notre société.

Il est possible d’y voir ici un parallèle avec le dernier niveau de la pyramide des besoins de Maslow. Le sentiment d’accomplissement ne peut être présent que lorsque nous avons les moyens de poursuivre cette mission de vie en ayant satisfait tous nos autres besoins (qui sont eux aussi aux niveaux inférieurs dans la pyramide de Maslow).

Bien que ce niveau soit le plus stable, il évolue encore lorsque notre connaissance de soi grandit.

Concernant les entreprises, c’est tout simplement l’image qui est véhiculée à la simple évocation de son nom, cette image étant conditionnée par sa culture, ses capacités, comportement et son environnement.

Pour un étudiant, son Identité sera en partie liée à la branche/métier dans lequel il se trouve, cela peut être par exemple un apprenti-psychologue, commercial, mathématicien, médecin, etc. Cette identité s’accompagne d’une mission, la mission d’un médecin peut par exemple être de préserver la vie ou la santé de ses patients du mieux possible.

Ce niveau répond à la question de l’individualité : Qui ?

  • Par exemple : Qui suis-je pour être porteur de cet objectif ? Ai-je mérité d’avoir cette difficulté ?

N°6 : Le Sens

Le Sens ou encore niveau logique Spirituel se concentre sur les relations entre l’individu et le système particulier plus large qui l’englobe et dans lequel il interagit. On parle ici d’appartenance, que ce soit à une entreprise, une nation, l’humanité, l’Univers ou le Divin. C’est le système avec lequel l’individu se sent connecté et pour qui son Comportement (actions et attitudes) est dirigé, lui donnant ainsi une vision à long terme, un sens et un but à ses actes, capacités, croyances et à son identité.

C’est aussi le niveau le plus profond et le siège de nos grandes interrogations métaphysiques. Il contient tout ce que nous sommes et faisons mais n’est en rien dépendant de cela. A l’inverse, tout changement sur ce niveau entraînera des répercussions profondes sur tous les autres niveaux.

Concernant les entreprises, c’est tout l’écosystème dans lesquelles elles sont plongées, cela peut être le marché boursier, la région ou pays, ou bien le système économique et politique.

Pour un étudiant, au-delà de sa mission et de son Identité, il est lié à un système plus vaste que lui : par exemple la société et les gens qui la composent. Un étudiant en médecine peut se sentir connecté à la souffrance humaine, et son Identité de médecin est alors dévouée à l’apaisement de cette souffrance.

Ce niveau répond à la question de l’appartenance : Pour qui (ou quoi) d’autre ?

  • Par exemple : Au-delà de ma propre personne, ai-je le sentiment de participer à quelque chose de plus grand que moi dans la réalisation de cet objectif ? Il y a-t-il quelque chose de supérieur à moi auquel je suis attaché(e) dans cette histoire ?

Comprendre l’alignement des niveaux logiques

Il faut comprendre que les niveaux logiques ne peuvent fonctionner parfaitement entre eux que lorsqu’ils sont dits “alignés”. C’est-à-dire, qu’ils s’associent et convergent avec cohérence vers un même but.

Par exemple, une personne qui déteste les travaux manuels parce qu’elle pense que c’est dégradant (niveau logique Croyances/Valeurs) et qui se retrouve forcée à travailler comme manutentionnaire faute d’avoir pu trouver l’emploi qu’elle désirait. La contradiction entre ses actions dans son nouvel Environnement et ses Croyances/Valeurs actuelles la rendront de plus en plus morose et elle restreindra ses Capacités à effectuer ses tâches correctement, ce qui se verra ensuite dans son Comportement.

Ou encore, par exemple, le cas d’un étudiant qui se découvre une nouvelle passion et se faisant, change son Identité (comédien au lieu d’ingénieur en imagerie médicale) mais se retrouve coincé dans cette filière qui ne lui convient plus, parce que ses parents ont déjà eu tant de mal à la financer.

Comment être aligné(e) dans vos niveaux logiques ?

Pour être aligné(e) à nouveau, nous questionnons chacun des niveaux, le plus souvent du plus bas au plus haut niveau jusqu'à identifier le niveau en désaccord le plus élevé. il devient important alors de prendre les décisions essentielles en changeant les niveaux logiques inférieurs pour les accorder au niveau logique qui a changé. Si votre Identité a changé, alors vos Croyances/Valeurs, Capacités, Comportement, Environnement doivent changer aussi. Si vos Croyances/Valeurs ont changé, alors vos Capacités, Comportement et Environnement doivent changer, mais pas votre Identité.

Le changement n’a pas à être ni rapide ni brutal, il convient de l'entreprendre à votre échelle et votre rythme. Faire les démarches pour changer de métier si le vôtre ne satisfait pas vos Capacités, ou Croyances/Valeurs, ou bien déménagez si votre Environnement ne vous permet pas d’agir [Comportement] selon vos Croyances/Valeurs.

Il convient de retenir que le temps aggrave le problème d’alignement. Plus le temps passera et moins vous serez aligné(e)s, vous procrastinerez au travail, votre moral baissera et votre frustration grimpera inexorablement jusqu’à ce que dos au mur, vous soyez obligé(e) d’entreprendre ce changement. C’est ce qui s’est observé pendant longtemps en milieu de carrière et ce qu’on appelle encore la crise de milieu de vie ou encore la crise de la quarantaine, et qui surgit de plus en plus tôt ces dernières années, du fait notamment de la compétition sociale et scolaire qui débute dès l'école et des distorsions de la réalité provoquées par les réseaux sociaux.

Pour faire un parallèle avec les entreprises, cela peut être une startup qui n’a pas pris le temps de réfléchir à sa culture d’entreprise ou bien une entreprise plus grande qui faute d’un trop gros turn-over perd son histoire. (Problème au niveau des Croyances/Valeurs).

Une entreprise qui ternit son image (Identité) à cause d’une mauvaise publicité ou d’un défaut de produit. Si le problème n’est pas réglé, cette entreprise avance inexorablement vers la faillite ou sera supplantée par une autre qui aura mieux su gérer son image et/ou culture.

Une fois les changements entrepris, même si certains demandent davantage de temps et d'investissement, votre vie ne peut aller que vers le mieux. Ce que nous apprend Robert Dilts, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour changer.


#Changement #Alignement #Environnement #Capacités #Croyances #Valeurs #Identité #Sens #Coachingdevie #conduiteduchangement Sur une idée d'Adam Fartassi – Hypnothérapeute

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout