Charge mentale professionnelle : quand le travail empoisonne notre vie privée

Dernière mise à jour : 2 déc. 2021

Après la tertiarisation et la numérisation du travail, la pandémie est venue jetée un coup supplémentaire sur l’état d’esprit des cadres, mais aussi de nombreuses autres catégories de professionnels.

L’augmentation du télétravail pour continuer l’activité des entreprises pendant la crise sanitaire a augmenté les effets du décloisonnement des vies professionnelles et privées.

Hier, on fermait la porte du bureau et on attendait le lendemain pour reprendre le cours de son travail. Aujourd’hui, portable et smartphone nous laissent connectés en permanence même quand la porte du bureau est fermée.

Quand le décloisonnement nuit. Nous avons développé le « multitasking » ou multitâche au cours des 25 dernières années pensant gagner en productivité et nous avons demandé à notre cerveau de s’adapter pour faire plusieurs choses en même temps. En privé, le travail des femmes et le développement des loisirs ont accéléré le rythme de l’organisation des journées : ce que nous connaissons trop bien depuis quelques années, la charge mentale féminine. Avec l’extension du numérique dans nos vies, notre cerveau vit deux vies en même temps : au bureau, pendant qu’on téléphone, on s’inquiète de la liste des courses et des activités des enfants ; et à la maison pendant le bain du petit dernier, on rumine les dossiers professionnels en cours. 1 mère sur 2 et 1 père sur 3 vit la charge mentale avec cette impression de ne pas s’en sortir, avec des répercutions non négligeables sur la santé : troubles du sommeil, maladies cardiovasculaires, dépressions, …

Comment limiter les effets de la charge mentale professionnelle ? Pour limiter les effets de ce fléau des temps modernes, il est important de déprogrammer son cerveau du multitâche et réapprendre aussi à ne rien faire. En somme, remettre des cloisons dans notre tête quand il n’y en a plus dans notre réalité.

C’est en réinventant un temps pour soi déconnecté que notre cerveau trouvera le temps de récupération nécessaire pour se délester de cette charge mentale.

Découvrez l’enquête de l’IFP-Mooncard sur la charge mentale professionnelle

2 vues0 commentaire